La Langue de Barbarie, une merveille venue du nord

La Langue de Barbarie, une merveille venue du nord : Tourisme, zone, fleuve, paysage, environnement, Langue, Barbarie, animaux, oiseaux, parcs, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique

La Langue de Barbarie, une merveille venue du nord : Tourisme, zone, fleuve, paysage, environnement, Langue, Barbarie, animaux, oiseaux, parcs, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique


Conquise dès le XVIème siècle par le navigateur portugais Dinis Dias, la langue de la barbarie est née de l’affrontement du fleuve Sénégal avec l’océan Atlantique.
Jusqu’en octobre 2003, la Langue de Barbarie formait un même cordon de sable s’étirant sur plusieurs dizaines de kilomètres du Sud de Saint-Louis à l’embouchure du fleuve Sénégal. Mais craignant une inondation de Saint-Louis,  le Président Sénégalais Abdoulaye Wade ordonna d’ouvrir artificiellement une brèche à 7km de Saint-Louis avec l’aide de techniciens marocains.
Depuis la brèche ne cesse de s’élargir, vers le sud, séparant en deux et grignotant de plus en plus largement La Langue de Barbarie, d’une dizaine de mètres en 2003 à plusieurs kilomètres aujourd’hui. Cette nouvelle brèche s’est transformée en quelques années en véritable nouvelle embouchure. Certes elle permet aux eaux du fleuve de s’évacuer plus rapidement lors des crues mais l’environnement en a été fortement perturbé. Plus proche de l’estuaire, l’île Saint-Louis est beaucoup plus vulnérable aux marées et donc à la hausse du niveau des océans. Les pêcheurs des villages de la Langue de Barbarie, Guet Ndar, Ndar toute, Goxumbacc ou Santiaba, qui auparavant accostaient leurs pirogues sur les plages de l’Atlantique, préfèrent désormais rentrer par l’embouchure et remonter leurs embarcations jusqu’aux rives du fleuve Sénégal
Le Parc National de la Langue de Barbarie Le Parc National de la Langue de Barbarie est situé au sud de La Langue de Barbarie, dans le Gandiol. Couvrant 2 000 hectares, ce parc créé en 1976, comprend l’estuaire du fleuve Sénégal, l’extrémité sableuse de la Langue de Barbarie, les marigots bordant le continent ainsi que deux îlots situés au milieu du fleuve. C’est un territoire d’un équilibre fragile et remarquable. Dès que vous quitterez Saint-Louis, vous serez surpris par la variété des paysages et la convivialité de l’atmosphère.
La Langue de Barbarie, sur laquelle les quartiers dits des pêcheurs (Gooxumbath, N’Dar Toute, Guet N’Dar forment une des trois entités de la cité de Saint-Louis-du-Sénégal (avec N’Dar Guedj, l’île Saint-Louis, et Sor, l’extension continentale). Large de 200 à 400 mètres sur une longueur nord sud d’environ 40 kilomètres depuis les confins mauritaniens, la Langue de Barbarie en sa partie urbanisée est un « segment proximal » qui commence à 3 kilomètres au nord de la ville de Saint-Louis, dans les landes de Sal Sal, et s’étire jusqu’à 1,5 kilomètres au sud, à l’Hydrobase. Cette portion de cordon est aussi la moins protégée de l’océan, avec seulement une pente de 3 à 4%. 
Tourisme, zone, fleuve, paysage, environnement, Langue, Barbarie, animaux, oiseaux, parcs, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Un visiteur au parc de la Langue de Barbarie
Tourisme, zone, fleuve, paysage, environnement, Langue, Barbarie, animaux, oiseaux, parcs, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
La Langue de Barbarie : Vu sur les rives du fleuve Sénégal
Tourisme, zone, fleuve, paysage, environnement, Langue, Barbarie, animaux, oiseaux, parcs, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Affrontement du fleuve Sénégal avec l’océan Atlantique
Tourisme, zone, fleuve, paysage, environnement, Langue, Barbarie, animaux, oiseaux, parcs, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Cordon de sable s’étirant sur plusieurs dizaines de kilomètres du Sud de Saint-Louis