Idrissa DIOP, 50 ans de carrière d'un des précurseurs du mbalax sénégalais

Musique, artiste, chanteur, mbalax, sahel, percussionniste, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Idrissa DIOP, précurseur du mbalax sénégalais : Musique, artiste, chanteur, mbalax, sahel, percussionniste, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique

Beaucoup de la jeune génération n’ont connu le chanteur Idrissa Diop qu’en 2011. Date à laquelle, il s’est illustré avec son célèbre tube Nobel (Amour) qui est l’un des titres de l’album Tribal Pursuit. Il est accompagné dans cette chanson, dont le clip a été réalisé par la maison de production Gélongal, par les Chœurs des « Martyrs de l’Ouganda (du nom d’une église catholique basée à Dieupeul dans la capitale sénégalaise).
Mais Idrissa Diop fait partie de la première génération de musiciens sénégalais à s’expatrier à l’étranger. Cela après avoir débuté une carrière musicale très jeune (à 16 ans) avec le Rio Groupe dans les années 70. Et d’avoir joué de 1976 à 1980, dans le groupe Sahel de Dakar dont il est un des membres fondateurs. Un groupe qui a été l'un des premiers à emmener la musique sénégalaise vers la modernité.
Pour certains observateurs les origines ethniques (sérère, wolof et peulh) d’Idrissa Diop ont beaucoup joué sur sa richesse musicale

Son séjour « musical » à l’étranger
En 1982, il fait un tour d'Europe avant de participer à l'enregistrement de l'album Gorgui, puis part aux États-Unis avec Chekh Tidiane Tall enregistrer l'album Guedj.

En 1983, il fait, avec le groupe Tabala, une grande tournée au Sénégal.

Revenu en France en 1984, il accompagne Ray Lema lors d'une tournée européenne. La même année, il participe à la tournée australienne de Chriss Hinze. Il joue ensuite comme percussionniste dans la bande Jericho, pour la libération de Fela Anikulapo Kuti, qui se produit devant 350 000 personnes, place de la Concorde, lors d'un concert organisé par SOS Racisme en juin 1985.

En septembre 1985, il fonde son propre groupe Les Gaindés, qui signifie "Lions", emblème de son pays. Il chante en wolof, langue nationale du Sénégal. Les thèmes qu'il aborde traitent de grands problèmes sociaux de l'Afrique : l'Apartheid, l'Immigration, la Faim...

En décembre 1985 sort chez Celluloïd son premier album intitulé Misaal qui signifie "Le Monde d'Aujourd'hui". Il participe ensuite aux deux premiers albums du groupe Sixun : Nuit Blanche et Pygmées.
Son retour au pays
C’est dans les années 2010 que le chanteur Idrissa Diop fait son retour au Sénégal. Et même s’il voyage encore souvent à travers le monde, le chanteur enchaine les albums et sonorités au rythme du Mbalax national pour se faire une place dans le cercle des leaders dans le domaine au pays. Après Trabel Pursuit en 2011 et le succès de « Nobel », il enchaîne avec l’album Bemba k Tey (Hier et Aujourd’hui, en langue wolof). 
L’un des titres, Birame Yacine, qui chante les louanges d’un ancien roi du Cayor pendant la domination du Colonisateur, est interprété en featuring avec d’autres grands noms de la musique sénégalaise comme Souleymane Faye, feu Cheikh Tidiane Tall (pianiste), le guitariste du Super Diamono Pape Dembel Diop. En 2015, il revient avec Le Sahel : La Légende de Dakar. En 2018, il signe L’Aventurier et Expérience.
C’est l’un des vétérans de la scène musicale sénégalaise avec près de 50 ans de carrière.


Musique, artiste, chanteur, mbalax, sahel, percussionniste, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Idrissa DIOP, précurseur du mbalax sénégalais : Le prince devenu roi



Musique, artiste, chanteur, mbalax, sahel, percussionniste, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Idrissa DIOP, précurseur du mbalax sénégalais : Idrissa DIOP et son groupe de musique le Sahel de DAKAR
Musique, artiste, chanteur, mbalax, sahel, percussionniste, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Idrissa DIOP, précurseur du mbalax sénégalais : Idrissa DIOP fête ses 50 ans de carrière



Musique, artiste, chanteur, mbalax, sahel, percussionniste, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Idrissa DIOP, précurseur du mbalax sénégalais : Idrissa DIOP sort un single intitulé "Ndaga"