Bill Diakhou, la reconversion d'un pionnier du rap sénégalais

Rappeur, musique, rap, engagé, hiphop, artiste, chanteur, reconversion, agriculture, politique, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Bill Diakhou, Pionnier Du Rap Sénégalais: Rappeur, musique, rap, engagé, hiphop, artiste, chanteur, reconversion, agriculture, politique, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique 


Bill Diakhou, la reconversion du rappeur…
Pionnier du Rap sénégalais, El Hadji Wayga alias Bill Diakhou, a plus ou moins disparu de la circulation après des débuts prometteurs. Pour sa défense, il dit s’être investi dans le domaine du Développement et le secteur de l’Agriculture, ces dernières années. Mais l’artiste, qui compte plus de vingt ans de carrière, espère bien retrouver son niveau d’antan. Ce vaste chantier ne semble pas le rebuter. Candidat déclaré à la Mairie des Parcelles Assainies, Bill Diakhou n’a rien perdu de sa verve. Ses ambitions politiques, sa vision du Rap au Sénégal… l’interprète de « Audience Baykat » parle. Quelques extraits de son entretien réalisé avec Le Témoin.
Sa passion pour l’Agriculture
Je me déploie beaucoup dans le domaine du développement local. Je me suis également entièrement investi dans le secteur de l’agriculture. J’encourage les paysans et effectue des campagnes pour sensibiliser les jeunes à investir dans ce secteur vital. Je suis d’ailleurs convaincu qu’un pays ne peut se développer sans une agriculture performante. Néanmoins, je continue toujours de faire de la musique. J’ai un groupe avec lequel je me produis régulièrement. Je veux juste rassurer encore une fois et leur assurer que je suis toujours présent au niveau de certaines boites de la place. Il m’arrive d’effectuer des déplacements dans les régions et aussi au niveau international.

Je suis très attaché à l’agriculture car mon père était un grand agriculteur. Au départ, il était un grand paysan au Fouta. C’est par la suite qu’il est venu s’établir à Dakar avant de se retrouver dans le secteur de l’or et le diamant. Et il a fini comme diamantaire. Franchement, je me suis toujours intéressé à l’agriculture. Il y a aussi le fait de jouir d’avoir planté une petite graine et de l’entretenir jusqu’à obtenir des résultats probants et arriver à nourrir des personnes. Je remarque aussi que tous les pays développés ont réussi grâce au développement de leur agriculture. Ces pays-là ont gagné la bataille de l’autosuffisance alimentaire et ils ne parlent plus de disette ou de famine. Si on diversifiait les cultures du riz, de l’arachide, du maïs et du mil, on pourrait arriver à atteindre une autosuffisance alimentaire sûre et durable. C’est dommage vraiment que l’on ne suive pas cette voie au Sénégal.  
Le Rap des jeunes d’aujourd’hui
Je pense qu’il faut savoir rapper sans user de la violence ou utiliser des mots déplacés. Il faut toujours sensibiliser car nous vivons dans un monde en pleine mutation où tout a changé et les choses évoluent trop vite. Le banditisme s’est beaucoup développé. Les gens s’adonnent à l’arnaque, au vandalisme et à des actes contre nature. Un véritable dérèglement dans la société alors que nous devons être les boucliers de notre pays. Nous sommes des acteurs culturels, des artistes et des éveilleurs de conscience. Je trouve que l'insolence dans le Rap est une nouvelle tendance mondiale qui masque des limites.
Car quand tu entends Booba rapper et s’en prendre à ses rivaux comme La Fouine et Kaaris, ça vole très bas et la violence est souvent présente. Mais c’est un exemple à ne pas suivre aveuglément. Je trouve qu’il s’agit avant tout d’une question de dialogue et une question d’intégration dans notre propre culture. On ne peut pas se lever un beau jour et nous considérer comme des Américains. Ces derniers nous ont maltraités et violentés. C’est d’ailleurs pour cela que le Blues a été créé. Il s’agissait d’exprimer en musique tout le spleen et la tristesse qui les habitait. Il faut revenir à la raison et rester dans notre culture.

Sa carrière politique
J’en avais parlé parce qu’il le fallait. J’ai bien le droit de me présenter à la mairie de mon secteur. Je suis un artiste et j’ai mes ambitions politiques. Pourquoi Wyclef Jean peut-il exprimer sa candidature à l’élection présidentielle de Haïti et que Bill ne puisse pas se présenter à la Mairie des parcelles? Pourquoi Youssou Ndour veut-il être le président du Sénégal et moi pas à ma mairie ? Moi, Bill Diakhou, j’ai également des ambitions politiques. Et je veux être maire des parcelles Assainies. J’ai une vision plus large que tous ces maires-là y compris Moussa SY et tous les autres du même acabit. J’ai une autre vision meilleure que la leur. Je suis très différent d’eux.

Rappeur, musique, rap, engagé, hiphop, artiste, chanteur, reconversion, agriculture, politique, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Bill Diakhou, Pionnier Du Rap Sénégalais: Hiphopeur aux rimes et instruments traditionnels

Rappeur, musique, rap, engagé, hiphop, artiste, chanteur, reconversion, agriculture, politique, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Bill Diakhou, Pionnier Du Rap Sénégalais: Rappeur engagé

Rappeur, musique, rap, engagé, hiphop, artiste, chanteur, reconversion, agriculture, politique, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Bill Diakhou, Pionnier Du Rap Sénégalais: Ambition politique, candidat à la mairie des Parcelles Assainies

Rappeur, musique, rap, engagé, hiphop, artiste, chanteur, reconversion, agriculture, politique, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Bill Diakhou, Pionnier Du Rap Sénégalais: Reconversion dans l'agriculture