Le Sabar sénégalais

Danse, musique, artiste, chanteur, danseuse, divertissement, loisirs, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
LE SABAR  : Danse, musique, artiste, chanteur, danseuse, divertissement, loisirs, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
LE SABAR
La musique des wolofs est jouée principalement avec le « neunde », tambour taillé dans un morceau de bois massif, en forme de mortier, et recouvert de peau de chèvre. La peau est tendue à l’aide de sangles et de tiges en bois. La percussion se joue à l’aide d’une baguette, qui donne une sonorité très caractéristique.
Le soliste est souvent accompagné par le thiol et le bang bang, instruments de la même famille. Les sabars et les tanebers (sabars du soir) sont pour les femmes l’occasion de se vêtir de leurs plus beaux boubous et de dévoiler leurs charmes par leur jeu de jambes.
Le sabar est aujourd’hui mondialement connu grâce à Doudou Ndiaye Rose, qui a composé un orchestre de « neunde » avec une cinquantaine de batteurs…
Danse, musique, artiste, chanteur, danseuse, divertissement, loisirs, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Danse, musique, artiste, chanteur, danseuse, divertissement, loisirs, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Musiques et danses ont toujours rythmé le quotidien des Sénégalais, avec une grande diversité suivant les régions et les ethnies. Elles se manifestent à l’occasion des cérémonies familiales (mariage, baptême, funérailles…), de séances d’animation et de loisirs nocturnes et durant les grandes fêtes d’initiation… 
Danse, musique, artiste, chanteur, danseuse, divertissement, loisirs, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Danse, musique, artiste, chanteur, danseuse, divertissement, loisirs, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Danse, musique, artiste, chanteur, danseuse, divertissement, loisirs, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Sabar est un terme générique qui désigne à la fois la circonstance organisée par les femmes, l’ensemble des tambours qui servent à l’animer et l’un des rythmes qui y sont joués. Plusieurs aspects anthropologiques et musicaux ont été pris en compte. Dans un premier temps, l’auteur a cherché à dégager, du point de vue anthropologique, les éléments essentiels de la société wolof et les changements sociaux qui ont eu une forte incidence sur la musique et la fonction de la femme dans les circonstances musicales. Dans un deuxième temps, elle s’est attachée à analyser les aspects liés à l’organologie, à la description du mouvement et enfin à l’apprentissage de l’instrument et de la danse.
Source : au-senegal.com