Le « ataya », élément de brassage culturel entre la Mauritanie et le Sénégal

 LE <<ATAYA>>,  ÉLÉMENT DE BRASSAGE CULTUREL ENTRE LE SENEGAL ET LA MAURITANIE : Culture, danse, événement, spectacle, tradition, ethnies, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
 LE <<ATAYA>>,  ÉLÉMENT DE BRASSAGE CULTUREL ENTRE LE SENEGAL ET LA MAURITANIE : Culture, danse, événement, spectacle, tradition, ethnies, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Au Sénégal comme en Mauritanie, les réunions de famille, les regroupements et les différentes festivités sont animés par la distribution des verres de thé aux amateurs présents pour l’occasion. C’est un fort moment de convivialité et de partage.

Culture, danse, événement, spectacle, tradition, ethnies, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Au-delà de l’interaction sociale, les séances de « ataya » sont de véritables moments de solidarité. Il n’est pas onéreux mais, la plupart du temps, les gens qui se retrouvent autour de ce « rite » participent tous d’une manière ou d’une autre. Ils contribuent soit pour l’achat des ingrédients, soit pour la préparation du thé, ou encore par leur simple présence durant cette préparation. Ce partage démontre que chacun est utile d’une manière ou d’une autre.
Culture, danse, événement, spectacle, tradition, ethnies, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique

Culture, danse, événement, spectacle, tradition, ethnies, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique

Culture, danse, événement, spectacle, tradition, ethnies, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique

Culture, danse, événement, spectacle, tradition, ethnies, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Le thé, un élément culturel à conserver

Il est important de souligner qu’en Afrique, la plupart des actes ont une portée symbolique. Nous devons vivre et entretenir cet imaginaire social qui fait notre humanité. Bien de décisions ont été prises autour du thé, bien de conflits minimes ont été évités autour du thé. Il est un élément culturel liant fortement les populations sénégalaises et mauritaniennes en interne et entre elles. Cette pratique doit être conservée afin de promouvoir davantage les interactions sociales qui font la force de nos peuples à tradition typiquement orale.
Source: www.wathi.org