La culture sénégalaise

Culture, danse, événement, spectacle, femme, tradition, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique CULTURE : Culture, danse, événement, spectacle, tradition, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
CULTURE : Culture, danse, événement, spectacle, tradition, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
Au Sénégal, depuis la décennie 1990, on assiste à une mise en scène vigoureuse des valeurs, récits et expressions identitaires de diverses communautés : la valorisation des langues, coutumes, chants, danses, traditions, mémoires, savoir-faire, objets, lieux de mémoire. On note l’établissement d’un calendrier de manifestations culturelles, tout au long de l’année, organisé par catégories : « traditionnelle », « religieuse » (liées aux confréries maraboutiques ou aux croyances et rites ancestraux), « civique », ou bien encore « locale » et « familiale ». Les manifestations se présentent sous la forme de journées ou semaines culturelles communautaires, festivals, carnavals. 
Culture, danse, événement, spectacle, femme, tradition, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
L'HABILLEMENT TRADITIONNEL
Ces mobilisations mémorielles s’accompagnent de processus de patrimonialisation à vaste échelle. Cette volonté de patrimonialisation se rapporte souvent à des enjeux identitaires, territoriaux, symboliques et hégémoniques sous-jacents à une quête des origines, à une volonté d’ancestralisation et d’ancrage mythique. Elle renvoie ce patrimoine à des questions de pouvoir et de relations au sein d’un territoire qu’il faut valoriser à tout prix. Les expressions culturelles et artistiques considérées comme confortant l’identité du groupe sont réappropriées et réinventées par les communautés. Elles sont perçues et représentées comme un patrimoine culturel qu’il convient de préserver et de transmettre. Cela amène à s’interroger sur la signification de la notion de patrimoine culturel chez les Sénégalais. La réponse à cette question n’est pas simple.

Chez les Wolof et les Sérère, les femmes portent des pagnes aux couleurs vives, aux dessins batikés ou imprimés industriellement. Seule la femme mouride remplace le pagne par un voile.

La femme Diola utilise plutôt le pagne que le boubou et l’homme s’habille d’une tunique en coton qui descend jusqu’aux genoux, avec une poche sur le devant et sans couture sur les côtés.

Les hommes Peul nomades accompagnent leur boubou bleu foncé en laine d’une culotte courte bouffante, tandis que les femmes portent un pagne court en coton de couleur noire.
Culture, danse, événement, spectacle, femme, tradition, LEUKSENEGAL, Dakar, Sénégal, Afrique
LES TOUCOULEURS
Chez les Toucouleurs, la tunique de l’homme est courte et blanche par-dessus laquelle se superpose un grand boubou avec une poche triangulaire et en dessous un pantalon court et bouffant.
La femme porte une petite chemise en dessous du pagne.

Durant les périodes de fêtes, le costume traditionnel des Bassari se compose d’une peau de chèvre ou de singe au niveau des reins et d’un cache-sexe en fibre tressée chez les hommes.